• @boutiquelocale

Voyager écolo

« Pleins de bonnes intentions, on est parti de Montréal avec tout ce qu’il fallait pour tenter un voyage écolo, loin de notre chez nous. Un peu naïf de notre part, j’avoue. Sacs à vrac, pailles réutilisables, bouteilles d’eau réutilisables, sacs « tote », ustensiles en bois, name it. Avant de partir pour une destination où les situations économique, sociale et politique sont parfois précaires, il faut se faire à l’idée, les moyens ne permettent pas toujours que l’environnement figure dans les préoccupations premières. Ce voyage a été déstabilisant, enrichissant et nous a mis au défi de repenser notre mode de vie écolo et de trouver de nouvelles alternatives. »


Les marchés


Petit truc lorsqu’on voyage, repérer les marchés. Notre coup de coeur zéro déchet a été, sans aucun doute, l’abondance de marchés: épices, fruits/légumes, pains, thés, herbes, savons et huiles. En deux semaines, je n’ai pas vu un seul pain, fruit ou légume emballé ou portant une étiquette. Enfin un peu de bon sens ! Toutes les épices, thés ou savons en barre achetés ont pu être mis dans nos sacs à vrac pour éviter les sacs plastiques. Le Maroc offre également différentes alternatives aux sacs de plastique, on nous a souvent proposé le sac en papier brun ou un sac en genre de tissu très fin.




L’eau embouteillée


La deuxième difficulté à laquelle on doit faire face parfois en voyage à l’autre bout du monde: l’eau POTABLE. Note à moi-même: Nous équiper d’un filtre à eau portatif pour les prochains voyages. L’alternative que nous avons trouvé a été d’acheter des 4 L d’eau au lieu de petites bouteilles. Moins pratique mais, qui produit, au final, beaucoup moins de déchets plastiques.

Parenthèse: On ne réalise pas assez à quel point on est chanceux au Canada de pouvoir boire de l’eau potable quand on veut où on veut. On n’a pas d’excuses, pourtant on continue de nous vendre de l’eau embouteillée…




Les collations en vrac


Trimbaler ses sacs à vrac en voyage peut s’avérer très économique, en plus d’éviter le gaspillage et donc des déchets! Après chaque repas, on prenait nos restants pour emporter (pains, croissants, biscuits, crudités, etc.) qu’on mangeait plus tard. À mon grand plaisir, au Maroc, les pains et les croissants sont servis partout (resto, café, bar et même dans les rues).








Les pailles en plastique


Le troisième défi rencontré a été les pailles en plastique. Je ne pense plus à avertir de ne pas mettre de paille dans mon verre, puisque la majorité des restos-cafés-bars qu’on fréquente normalement ont pris le virage vert. Résultat: On nous apportait souvent des verres avec 2 pailles dans chaque verre. On s’est fait avoir une couple de fois avec les pailles en plastique mais, on a fini par prendre l’habitude d’avertir les serveurs.


Les déchets plastiques en avion.


Le premier obstacle s’est présenté alors qu’on n’était même pas encore arrivé au Maroc: L’avion ! Selon mes petites recherches Google, certaines compagnies aériennes acceptent nos bouteilles d’eau réutilisables. Nous, on est tombé sur une de celles qui refusent, pour des raisons d’hygiène. Cela dit, on a usé de beaucoup d’imagination pour réutiliser tous les contenants plastiques qu’on nous servait. L’eau venait dans un contenant fermé style « compote de pommes » avec littéralement, l’équivalent de 8 gorgées d’eau. On a gardé nos contenants d’eau tout au long du vol pour nos autres consommations. Aucun jugements de nos voisins ou des agents de bord , on a seulement eu droit à un petit

affectueux: « Ahhh les canadiens ! ».



Une Trousse de salle de bain minimaliste


Notre trousse de soins pour le corps/visage était presque complètement zéro déchet. Victoire ! Petite truc: N’apportez QUE le nécessaire. Cotons démaquillants, huile essentielle Tea Tree, éponge Konjac, crème pour le visage, pour le corps et aloes Lush (ils réutilisent les contenants). Tout était écolo, à l’exception de notre crème solaire que j’aimerais concevoir moi-même dans les prochaines semaines (Les Trappeuses, vous m’avez eue!). À ce sujet : clique ici pour tous mes «must» pour une salle de bain zéro déchet.


Bref, c'est toujours possible de trouver des alternatives écolo/zéro déchet même quand on voyage. On le répète souvent mais, c'est vrai, t-o-u-s les petits gestes comptent.


Quels sont tes trucs écolos en voyage ?